Ce travail fait suite à une visite fascinante de l’exposition Tatoueurs-tatoués  présentée au musée du quai Branly ainsi que des écoutes concernant la peau : propre à chaque individu (d’un point de vue médicale difficile à diagnostiquer pour ce fait même). Le tatouage comme dessin sur le corps le modèle, le rend autre sous le regard, met de la symbolique souvent dans cet habitat premier.

La matière que j’utilise me donne cette sensation de peau en séchant et j’ai voulu essayer cette série, pour sa texture lisse et douce, pour tracer des territoires. J’ai voulu tenter cette approche du corps, la peau, la surface des endormies et des autres.

Voici quelques images.

Cliquez deux fois sur les images pour les agrandir.